Pour commencer…

Quel peut bien être le genre littéraire des Trois Mousquetaires ?

Au début du XIXe siècle, en plein dans le Romantisme, un nouveau genre de roman apparaît : le Cape et d’épée. Il combine plusieurs genres déjà existants :

  • le roman historique : le récit se situe principalement au XVI-XVIIe siècle en France, du règne d’Henri IV à celui de Louis XIV. C’est l’époque des duels interdits par Richelieu. Le règne de Louis XIII était pour Dumas la dernière époque de liberté et d’aventure avant la monarchie absolue.
  • le roman populaire : le principal moyen de diffusion de ce genre est le journal, plus précisément le roman-feuilleton. Il permet de  toucher un large public, séduit par des  personnages et des situations riches en rebondissement. Les gens veulent se reconnaître dans le récit. C’est pourquoi le quotidien des mousquetaires rappelle celui de la bohème romantique du XIXe siècle.
  • le roman d’aventure : ce genre est évident puisque le duel à l’épée est le nerf du récit. L’action est le moteur de l’histoire. Les dangers, courses-poursuites, batailles, multiples péripéties sont le sel de ce genre de roman.

En bref, Les trois Mousquetaires est un mélange de ces trois genres : historique, populaire et d’aventure. Il devient évident voire nécessaire pour Dumas de faire rêver le lecteur, surtout s’il veut qu’il continue à lire sa « série sur papier ».
C’est là que ma problématique va apparaître. Dumas va devoir retravailler l’histoire de France pour faire ressortir un roman de cape et d’épée. Ses recherches et son travail seront donc mes prochains sujets…

Le saviez-vous ?

Les Trois Mousquetaires est d’abord paru en feuilleton dans le journal Le Siècle du 14 mars au 14 juillet 1844. Fort d’un succès public, il a été publié en roman la même année chez Baudry. Le roman ayant été plus que plébiscité, Dumas eut l’idée d’écrire, quelques années plus tard, deux suites intitulées Vingt ans après et Le Vicomte de Bragelonne.
Les bandes dessinées telles que Gaston Lagaffe, Astérix et Obélix, Lucky Luke… ont aussi dû passer par le journal avant d’avoir leurs propres albums. La folie des suites, trilogies et autres sagas rappelle fortement le système des studios Disney.

billet suivant - retour sommaire

The URI to TrackBack this entry is: https://rosguezet.wordpress.com/2010/12/17/pour-commencer/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 commentairesLaisser un commentaire

  1. Une bonne introduction… vivement la suite !

    • C’est super ! C’est dynamique, vivant et plein d’humour ! On ne s’ennuie pas et on a toujours envie de lire la suite . Bravo, Mariane !

      Marie -Joëlle Queyrie (professeur de lettres classiques)

      • Merci Madame, je suis touchée par tous vos compliments. Vous avez été une tutrice très encourageante et motivante. Sans vous, je n’aurais pas obtenu ce résultat.🙂

  2. Merci pour votre très gentille réponse .
    J’ai oublié de vous dire que vous étiez superbe en D’Artagnan!
    Mme Queyrie

  3. bravo pour ce blog, l’utilisation de wordpress n’est pas toujours facile surtout dans ses réglages, mais là, visiblement, vous maitrisez bien à la fois la gestion des images, la gestion des séquences visuelles et la gestion de la mise en page des articles (c’est mon avis en qualité d’informaticien)

  4. Merci, j’aime beaucoup toutes les romans que je connais d’Alexandre
    Dumas et surtour, Victori Hugo.
    Merci encore…
    Ana


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :