C’est (presque) fini !

Mais pas encore tout à fait ! Ce billet va me permettre de faire une conclusion et d’ouvrir sur le sujet suivant : les adaptations du roman.

En quoi Alexandre Dumas a-t-il sa propre représentation de la réalité historique ?

  1. Il décide de faire un roman de cape et d’épée, regroupant le genre historique et populaire entre autres. Deux genres quasiment antagonistes que Dumas va devoir faire cohabiter :l’Histoire de France et l’imaginaire romanesque.
  2. Il choisit lui-même ses sources historiques, qui sont pour la plupart déjà fortement romancées (les Mémoires de M.d’Artagnan, Jules Michelet…).
  3. Il travaille avec un professeur d’histoire, Auguste Maquet, mais se permet de modifier ce que celui-ci lui apporte.
  4. Dumas intègre le siège de la Rochelle et l’assassinat de Buckingham en respectant les dates et la majorité des événements. Il invente cependant des raisons cachées ou fait participer ses personnages (Anne d’Autriche, Milady…).
  5. Dumas s’est permis de remodeler la biographie de chacune de ses figures historiques et de leur faire rencontrer d’autres personnages, sortis de son imagination ou empruntés à Courtilz de Sandras.

Alexandre Dumas ne s’est pas amusé sans raison à faire des modifications de ce genre. Il était indirectement forcé de procéder de cette manière.

Comme je l’ai dit dans « Pour commencer », les Trois Mousquetaires est d’abord sorti en roman-feuilleton, obligeant l’écrivain à répondre aux attentes de son lectorat :

  • Dumas doit envoyer un chapitre par semaine. Celui-ci doit forcément finir en suspens et alterner tragique/comique d’un écrit à l’autre.
  • Le lecteur a besoin de se reconnaître un minimum dans les personnages. Donc exit la mythologie, le lyrisme démesuré et les cours d’histoire copié/collés !
  • Régulièrement, l’auteur doit rappeler à ses lecteurs ce qui s’est passé précédemment. Alors évidemment, les erreurs de dates, d’âges, etc. se font fréquentes (voir « Quand Dumas travaille… »).

Les  moeurs d’un lecteur du XIXe siècle ne sont pas les mêmes que ceux du XVIIe siècle. Pour arriver à remplir le deuxième critère, Dumas va devoir adapter l’Histoire de France à son récit.
L’Histoire de France dans Les Trois Mousquetaires est une adaptation des événements du XVIIe siècle pour le lectorat du XIXe.
Ce qui va m’amener à mon sujet suivant : les adaptations modernes de ce roman d’Alexandre Dumas.

billet suivant - retour sommaire 

The URI to TrackBack this entry is: https://rosguezet.wordpress.com/2010/12/04/cest-presque-fini/trackback/

RSS feed for comments on this post.

One CommentLaisser un commentaire

  1. Ton blog est très bien fait, les couleurs sont agréables. Bravo !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s